Björk et Bukowski

J’ai reçu un étrange colis au travail.

Dans Les geeks aussi lisent Bukowski, un texte sur Terreur Terreur, je parle d’une fille que j’ai rencontré l’été 2003. Je l’avais appellée « C ». Je dis dans le texte qu’elle m’a prêté un disque de Björk, que j’ai gardé depuis. Je n’ai jamais revu cette fille et perdu tout contact avec elle.

Je viens de recevoir au travail un paquet avec à l’intérieur… la pochette vide du disque de Björk. Rien d’autre. Pas de mot. Aucune adresse de retour.

Dans le coin de l’enveloppe, en haut à gauche, il n’y a qu’une lettre.

« C. »

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :