Quand le lendemain de veille dure cinq jours

Une blessure invisible
au théâtre des nuages
sur le balcon d’en arrière
la fatigue
tonnerre transparent
t’emporte
vers les embuscades
tendues
entre les plis du
sommeil
tu la vois
dans sa cuisine.

Le ciel renversé
se paie ta gueule
derrière la fenêtre
sale.

Ta pensée se
cogne le front
sur le
mur

sans saigner.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :