Un exemple d’angoisse métaphysique

X

Dans le métro, quand un bogue crée une contradiction entre la voix de l’annonceuse robot et la station où le wagon arrive, par exemple si on entend « Jarry » et que les écriteaux se lisent « Henri-Bourassa », il m’arrive de douter de ce que je vois plutôt que de ce que j’entends, c’est-à-dire que je crois tout à coup que c’est la voix qui a raison.

Puis je me demande ce qui se passerait, si je débarquais dans cette station, et la peur me prend que ce ne soit pas le métro qui soit bogué mais la réalité elle-même, j’appréhende de descendre dans une station qui soit en même temps Henri-Bourassa et Jarry, ou qui soit un étrange mélange des deux, le quartier devenu un hybride bizarre de Ahuntsic et de Villeray, dans un univers où le signe « Henri-Bourassa » se lit désormais « Jarry », où je ne comprend plus mes souvenirs, où je ne retrouve plus mon appartement dans des rues brouillées, cryptées, méconnaissables.

Puis je me dis que j’ai trop lu Haruki Murakami et Philip K Dick et que je bois trop de café.

Étiquettes : , ,

Une Réponse to “Un exemple d’angoisse métaphysique”

  1. Nayla Naoufal Says:

    quand ça arrive, ça me fait penser à ghost world et je me dis que si je débarquais, j’arriverais dans un univers parallèle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :