L’hiver / L’été

Hiver3

L’hiver
Prendre sa douche dans le noir
tout janvier février
six heures comme en pleine nuit
l’eau bouillante les cauchemars
défaillir d’épuisement d’insomnie
sur la glace le trac dans le ventre
pour écrire au tableau
« ce qui ne nous tue pas
nous rend plus fort »
et n’en croire
pas un mot

à la guerre mon grand-père
a reçu un éclat d’obus dans l’épaule
affaibli il a souffert
toute sa vie

et son petit-fils c’est
le café qui l’abandonne
et il sombre l’après-midi à la renverse
sur son lit le capuchon sur la tête
se réveille affaibli à la noirceur
se réveille les mains gelées
c’est l’amour son éclat
son obus une tête noire
une vieille machine
fêlée.

 

 


Hiver2

 

L’été
L’été ouvert
le compte de banque ouvert
les rues grandes ouvertes
comme leurs jambes grandes ouvertes
et vingt milles bouteilles ouvertes
et le ciel en rotation
pirouette au-dessus du balcon
où le temps s’étire s’allonge
belle bête chaude déployée
et les fenêtres grandes ouvertes
et le cœur grand ouvert
ouvert
comme une
plaie

l’été immense
l’été Saturne
devant moi n’aura jamais été aussi long
et je suis complètement terrifié.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :