Posts Tagged ‘Postpunk’

Les amis de la musique souterraine

11 avril 2012


Première esquisse du concept de « darque »

Il faut se rendre à l’évidence : parler de ses goûts musicaux sur un blogue, en 2012, ça ne fonctionne pas. Je vais mettre fin à ma chronique mensuelle.

Deux de mes amis et moi avons créé un groupe facebook pour partager nos découvertes musicales : Les amis de la musique souterraine. Ça fonctionne beaucoup mieux. On s’amuse beaucoup là-dedans, on découvre sans arrêt de nouveaux trucs en partageant des vidéo youtube.

On accepte tout le monde. La seule règle : « On veut de la musique darque. On veut de la musique de souterrains. » Il ne s’agit pas nécessairement de musique underground ou méconnue, ce serait bien trop large, cela pourrait inclure n’importe quoi. L’important, c’est que ce soit « darque ».

Que signifie « Darque »? On est en train de former le concept, de manière empirique : à partir de ce qu’on aime. Chacun des fondateurs à des goûts légèrement différents, mais il y a un noyau central qu’on essaie de cerner à chaque entrée nouvelle.

De mon côté, je penche plus vers le postpunk, l’électro minimal, le postrock sombre. Je partage aussi occasionnellement du black metal, pourvu que ce soit atmosphérique.

Quelques indications du son recherché :
Sombre > Lumineux
Triste > Joyeux
Froid > Chaud
Minimal > Maximal
Lent > Rapide
Répétitif > Varié
Instrumental/Peu de paroles/Basses dans le Mix > Le contraire

Ce sont des tendances. Cela peut être contredit et être bon quand même. On part de la musique pour former le concept, pas l’inverse.

Quelques exemples pêle-mêle :
A Place to Bury Strangers, Autechre, Austra, Bauhaus, Cocteau Twins, Dead Can Dance, The Chameleons UK, The Cure, Crystal Castles, Cosmetics, Chromatics, Grouper, Joy Division, Ladytron, New Order (début), Oppenheimer Analysis, Oneohtrix Point Never, OOoOo, Portishead, Trisomie 21, The Lost Rivers, Trust,  Salem, The Soft Moon, The KVB, Troum, Unison, White Ring, Year of no light, Zola Jesus, †‡†, etc.

Le groupe fonctionne un peu comme un jeu : si quelqu’un se risque à poster un vidéo, il sera évalué selon son degré de darquitude et sera soit accepté, soit rejeté, par l’un des tyrans méchants et absolus qui règnent sur le groupe. Je suis le prof Darnziak et je suis sévère. Mais on ne se prend pas au sérieux, le but est de s’amuser et de découvrir de la nouvelle musique. Le soir, on parle aussi dans le chat du groupe, c’est comme dans le bon vieux temps d’IRC.

Vous êtes les bienvenus.

Musique souterraine II

5 février 2012

Agents spéciaux de la police musicale.

Anti-chronique  musicale mensuelle – février 2012
Ce qui a résonné les dernières semaines dans l’antre glacial de Darnziak, de la musique pour personne, pour rien, pour en finir avec quelque chose. Des ondes de négation. Ampoules sautées, fils électriques rongés par les écureuils, neige glacée sur le balcon, vaisselle sale cachée dans les armoires, un pigeon frappe dans la fenêtre du bureau. Alors par réflexe je parle de la musique que j’écoute comme sur les internets d’antan.

Postpunk/Shoegaze
Les grands succès de la discothèque de Hadès (le plancher de ma cuisine). Danser mais avec du bruit. Chanter sans savoir ce qu’on dit. Sourire avec trop de dents. Il fait froid mais on se réchauffe.

The Soft Moon
Breathe the fire.

Sans paroles le plus souvent et sans commentaire. Décembre au complet à écouter ce disque – pluie verglaçante, écho.

*

A Place to Bury Strangers
Missing you.

Descendants de Joy Division et Jesus and Mary Chain. Hyper catchy. Bruyant. Pop quand même.

* * *

Death Metal (Retour de la vieille école)
Pour vider la place, pour faire fuir tout le monde, il y a le death metal oldschool caverneux, cataclysmique, épouvantable. Une atmosphère de décomposition, les ruines effondrées de civilisation ratées, une régression barbare vers le massacre, les cultes sacrificiels de nécromanciens, la préhistoire, la noirceur totale, l’abolition de toute vie. Destruction et chaos et  néanmoins perce à travers quelques mélodies grandioses. Souvent écouté très fort en plein milieu de la nuit pour contaminer de cauchemars la petite fille qui vit en dessous de chez moi.

Antediluvian – Through The Cervix Of Hawaah

*

Vasaeleth – Crypt born and tethered to ruin

Pour poursuivre la résurrection récente de l’ancien death metal : Disma, Cruciamentum.

Il s’agit d’une suite à mes efforts de l’été passé pour saisir le sous-genre le plus difficile du métal, le death. Ce fut un été suffocant à écouter Autopsy, Incantation, Immolation. Les sourcils froncés, très concentré, en sueur, sans prémonition de malheur, à descendre dans ces architectures morbides, comme un explorateur perdu aveugle dans le noir.

* * *

Mogwai
Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir des vidéos youtube partagés sur facebook. Ce sont des déclencheurs du syndrome de collectionneur. Un ami mets un innocent vidéo de Mogwai – le groupe de postrock écossais – et me voilà contaminé, je pars sur un binge terrible comme Kerouac dans Big Sur. Billets de show, visite de tous les magasins de disques de la ville, commande amazon imminente, écoute incessante de la discographie au grand complet depuis deux semaines.

Je rattrape les albums auxquels je n’avais pas porté attention. Tout passe en accéléré, tant de choses me filent entre les doigts. Un moment d’inattention et nous manquons tout. Nous sommes bombardés par un incessant flux de nouveauté, mais parfois il faut faire une pause, écarter tout le reste, aménager une petite clairière, se concentrer sur un seul groupe, acheter tous leurs disques manquants, examiner lentement les pochettes, apprendre les titres des chansons par coeur, lire les paroles, jusqu’à être capable d’anticiper les lignes mélodiques au fond de son ventre. S’immerger dans la musique pour enfin la faire sienne, la comprendre, l’aimer. Sinon, on rate tout, on passe à côté.

Mr.Beast (2006)
We’re no here.

*

The Hawk is Howling (2008)
I’m Jim Morrison, I’m dead.

*

Special Moves (2010)
Cody (Come on die young).

*

Hardcore will never die, but you will (2011)
Mexican Grand Prix.

*

Earth Division EP (2011)
Hound of winter.

* * *

Ils seront à Montréal en juin prochain. J’irai les voir pour la première fois, malgré que je les connais depuis 2000. En musique comme ailleurs j’ai pas mal de rattrapage à faire.

Je n’ai personne à rattraper. Seulement moi-même.